close

La journalisation ( historique des événements) est un moyen que les systèmes d’exploitation utilise pour enregistrer toutes les actions d’un événement qui a eu lieu (exécution d’un processus, activité réseau etc ), permettant ainsi de localiser plus rapidement les défaillance d’un système.

Supposant que vous n’arrivez pas à démarrer le service http, ce dernier va envoyer un message vers un fichier log, il faut alors vérifier ce fichier pour connaitre la raison.

Ce processus est géré par un système de journalisation appelé syslog, c’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

Syslog est un protocole développé dans les années 1980, qui permet de collecter les messages des services qui tournent sur linux et les enregistrer dans des fichiers appelés “fichiers log” ( logs files en anglais ), c’est fichiers sont placé dans /var/log.

Syslog permet de filtrer les messages et les stocke dans /var/log par type de message.
Voyons voir les les fichiers logs présents dans /var/log :

-/var/log/secure

-/var/log/maillog

-/var/log/cron

-/var/log/boot.log

-/var/log/messages

/var/log/secure :
Syslog stocke dans le fichier de log “secure” tous les messages liée à la sécurité y compris ceux de l’authentification.

/var/log/maillog:
Syslog stocke les message liée au messagerie.

/var/log/cron :
Contient tous les message liée au démarrage du système.

-/var/log/boot.log :
Contient tous les message liée au démarrage du système.

/var/log/messages :
La plupart des messages log sont enregistré dans le fichier /var/log/messages, sauf les type de messages qu’on a vu précédemment.

Je vous suggère de jeter un coup d’œil sur votre /var/log pour avoir une idée 😉 .

Voyons voir maintenant le fonctionnement de syslog.

Facility & priority :

Pour comprendre le fonctionnement de syslog nous allons étudier son fichier de configuration : /etc/syslog.conf, en voici un extrait :

# Log all kernel messages, authentication messages of
# level notice or higher and anything of level err or
# higher to the console.
# Don't log private authentication messages!
*.err;kern.*;auth.notice;authpriv.none /dev/console

# Log anything (except mail) of level info or higher.
# Don't log private authentication messages!
*.info;mail.none;authpriv.none         /var/log/messages

# The authpriv file has restricted access.
authpriv.*                             /var/log/secure

# Log all the mail messages in one place.
mail.*                                 /var/log/maillog

# Everybody gets emergency messages, plus log them on
# another machine.
*.emerg                    *
*.emerg                    @arpa.berkeley.edu

# Root and Eric get alert and higher messages.
*.alert                    root,eric

# Save mail and news errors of level err and higher in a
# special file.
uucp,news.crit             /var/log/spoolerr

Comme vous pouvez le constater, les lignes du fichier ‘syslog.conf’ est de cette forme : XXXX.YYYY, dont :   XXXX=Facility et YYYY=Priorité

Exemple :
authpriv.*          /var/log/secure
mail.*                 /var/log/maillog

Que signifie Facility et Priorité ?

Les programmes utilisent syslog pour enregistre leurs événements et ces éventement sont caractérisé par Facility et Priorité.

La Priorité indique la criticité du message généré par un programme, Le tableau ci-dessous présentes la liste des priorité syslog :

-La facilty indique le type de message généré par un programme, le tableau ci-dessous présente ces types de message :

NB :
Noter que Facility et Priority d’un message est déterminé par le programme qui génère le message et pas par syslog.

Devant chaque “Facility.Priority” est indiqué le fichier sur lequel syslog enregistre les messages.

NB : un wildcard ( * ) peut être utilisé pour indiquer toute les Facility ou Priority : mail.* 

Voyons voir des exemples pour que les choses soit bien claire :

authpriv.*            /var/log/secure     :   Ici toute les messages liée à l’authentification ( authpriv ) et quelque soient leur sévérité ( * )seront être enregistré sur /var/log/secure.

-cron.crit        /var/cron : Les messages critique ( crit ) de type Cron seront enregistrer sur /var/cron.

La rotation de log :

Comme nous avons vu précedement, le système et les application installés sur le serveur génèrent des logs et avec le temps vous pouvez vous retrouver avec des dizaines voir des centaines de gigaoctets de logs donc des partition satuées.

Pour éviter ce désagréments, une Rotation de log est effectuée.

Qu’est ce que la Rotation de log ?

Lorsqu’une rotation de log est effectuée, le fichier log est renommé avec une extention indiquant la date de la rotation, par exemple le fichier /var/log/messages devient /var/log/messages-20181018, cela veut dire que la rotation du fichier a été effectué le 2018-10-18. une fois la rotation est effectué un nouveau fichier log est créé (/var/log/messages) pour permettre au programme ou bien le système de continuer d’écrire sur le fichier.

Après un certain nombre de rotation, le fichier log le plus ancien est supprimé afin de libérer de l’espace et éviter ainsi la saturation du système du fichier.

La rotation de log est géré par un programe appelé Logrotate et un cron job exécute le programme Logrotate quotidiennement pour vérifier s’il y a besoin de faire la rotation.

Je vous invite à jeter un coup d’œil sur votre répertoire /var/log/, vous allez trouver plusieurs fichiers log auquels  la rotation de log a été effectué :

Analyser les enregistrements de syslog :

Tous les enregistrements sur les fichiers log gérés par syslog sont dans un format standard. Ci-dessous un extrait du fichier log /var/log/cron :

Les entrée sont dans le format suivant :

1Nov 14 12:01:23   2localhost   3run-parts(/etc/cron.daily)[1962] : 4starting logrotate
  1. L’horodatage : date et heure de l’entréé.
  2. Le host depuis lequel le message est envoyé ( ici la machine local ).
  3. Le programme ou le service qui a envoyé le message ( ici c’est Cron ).
  4. Le message envoyé.

Envoyer un message syslog avec “logger” :

Et ouii vous pouvez vous aussi envoyer vos propres message log vers syslog 🙂 .
C’est très utils lorsque vous dévoloppez du soft et tout simplement pour tester si le syslog fonctionne.

Pour envoyer un message syslog, on utlise la commande logger.
Par défaut logger envoie un message en utilisant la facility “user” avec la séverité “notice” mais vous pouvez spécifier ce que vous voulez avec l’option -p .

Je souhaite envoyer un message à syslog pour l’enregister dans le fichier log /var/log/boot.log :

logger -p local7.warning "mon message dans syslog"

Et voilâ c’est terminé, j’espère que c’est claire pour vous et noubliez pas : Votre premier réflexe est de regarder syslog quand quelque chose va mal sur votre serveur 😉 .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : /var/logfichier logjournalisationloggerrotation de logsyslogsyslog.confsyslogdtrending

Leave a Response